Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jasmin-agen.over-blog.com

jasmin-agen.over-blog.com

Jacques Boé ou Jasmin en occitan. 2014 sera l’occasion de fêter à Agen le 150ème anniversaire de sa disparition.


Vergt, petite ville entre Bergerac et Périgueux, célébrait Jacques Boé dit Jasmin

Publié par occitan sur 10 Novembre 2014, 23:19pm

Catégories : #Jasmin

                        dimanche 9 novembre : Une bien belle journée à Vergt

Hier dimanche 9 novembre, Vergt, petite ville entre Bergerac et Périgueux, célébrait après Agen le cent cinquantième anniversaire de la disparition du grand poète occitan d'Agen, Jacques Boé dit Jasmin. Il faut dire que Jasmin, sollicité par le curé de Vergt, fit le déplacement deux fois pour donner un récital de ses poésies et recueillir des fonds pour payer la construction du clocher de l'église.

Une exposition Jasmin était organisée dans l'église le vendredi 7 et le samedi 8 ainsi que deux conférences sur le poète à la mairie par B. Védry.

Le dimanche 9 à 10 h 30, une messe en occitan a été célébrée par l'abbé Favard, en présence du maire, du conseiller et vice-président du Conseil Général de la Dordogne et de M. Dupuy, organisateur des festivités sans oublier le ténor agenais, Christian Moulié. L'église est magnifique dans son mélange de tradition et de modernité (vitraux aux couleurs chaudes, chemin de croix illustré par les tableaux très modernes et expressifs du peintre local, Jacques Saraben).

Il faut aussi souligner la qualité des tableaux ornant l'oratoire, oeuvres de Raymond Biaussat, natif de Vergt. La messe fut riche en émotions, notamment celle d'entendre la liturgie qui avait bercé mon enfance dans la belle et pure langue occitane de l'abbé Favard.

J'avais envie de pleurer en entendant ma langue enfin utilisée dans un cadre normal et officiel. Plut au ciel qu'il en soit ainsi dans toutes les circonstances de la vie quotidienne ! Et puis entendre l'agnus dei de Bizet et l'ave maria de Schubert chantés avec tant de conviction et de chaleur par Christian Moulié, ne pouvait que mettre du baume au coeur. Notre petite délégation agenaise composée de moi-même, de Janine Cazes-Grande, présidente d'Agenés Tèrra occitana et de Gèli Grande, avait été chaleureusement accueillie par les officiels qui nous avaient plaçés au premier rang. A l'issue de la messe, nous avons tous déjeuné chez M. Girguil, l'un des organisateurs dans une ambiance très conviviale et nous avons pu déguster leur cuvée Jasmin de vin rouge du bergeracois.
Le concert de l'après-midi dans l'église a commencé par une remise de cadeaux des Agenais au maire, au conseiller général, au curé et à M. Dupuy.

Pour le maire de la part du maire d'Agen, empêché, les incontournables pruneaux et le dictionnaire intime de Jasmin écrit par Jacques Clouché. Pour chacun des autres, un exemplaire des "Papilhòtas" de Jasmin et une bouteille de notre cuvée Jasmin des vins du Bruilhois. Puis, Christian Moulié a commencé son concert, accompagné de ses musiciens, la belle et talentueuse violoniste d'origine hongroise, Lilia Papp et l'excellent pianiste, Jean-Michel Martinez que nous avions vus à l'oeuvre le 15 juin à la cathédrale d'Agen.

Là encore, l'émotion était au rendez-vous avec la remarquable interprétation de "Me cal morir" et tout le répertoire des "tubes" de l'époque de Jasmin marqués par une prédominance de la thématique du monde paysan.

Nous avons atteint le sublime avec l'instrumental sur le thème du film culte "La liste de Schindler" où la violoniste et le pianiste auraient arraché des larmes aux pierres. Nous ne pouvions finir qu'en apothéose et apothéose il y eut lorsque montés prés de l'autel, nous avons tous avec la collaboration des spectateurs chanté un "Se canta" intense.

Lorsque nous sommes sortis de l'église, la nuit tombait mais une collation et des rafraichissements nous attendaient, occasion rêvée de proposer à la vente le dictionnaire de Clouché et les "Papilhòtas" mais surtout d'échanger avec les gens de Vergt si chaleureux et aussi avec Christian Moulié et ses musiciens.

Nous pouvions repartir avec de bien belles images de cette journée particulière dans nos têtes et aussi en pensant à la suite, c'est à dire Ste Livrade d'ici la fin de l'année et Paris l'an prochain car nous ne sommes pas prêts d'en avoir fini avec Jasmin. Nous le faisons pour lui mais aussi et surtout pour notre langue et notre culture dont nous devons tous être fiers.

Mais pour que l'occitan soit vivant, il faut que le pays occitan soit vivant lui aussi et que ses habitants puissent décider de leur destin.
Jean-Pierre Hilaire, pour Agenés Tèrra occitana

Un article de Sud Ouest sur le sujet ICI

à l’église de Vergt pour Jasmin

à l’église de Vergt pour Jasmin

Eglise de Vergt

Eglise de Vergt

Commenter cet article