Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jasmin-agen.over-blog.com

jasmin-agen.over-blog.com

Jacques Boé ou Jasmin en occitan. 2014 sera l’occasion de fêter à Agen le 150ème anniversaire de sa disparition.


Sainte Livrade, hommage spécial à Jacques Boé, dit Jasmin

Publié par occitan sur 6 Décembre 2014, 10:50am

Catégories : #Jasmin

Retour à l’école pour Jasmin

Jeudi 4 décembre, par un bel après-midi ensoleillé et frais, nous venons à Sainte Livrade (47)  pour l’ultime célébration du cent cinquantième anniversaire de la disparition de notre grand poète occitan d’Agen, Jacques Boé, dit Jasmin. Le Cercle occitan du Lot-et-Garonne basé à Sainte Livrade et Agenés Tèrra occitana, conjointement avec la mairie, le personnel municipal, la directrice de l’Ecole Jasmin, les enseignantes et les élèves du primaire, ont prévu un hommage spécial à notre barde. Les élèves guidés par leurs enseignantes ont travaillé sur un morceau traduit en français de Mos Sovenirs et sur une courte biographie de Jasmin. Sur une scène dressée pour l’occasion, il y eut plusieurs prises de parole. Le maire s’essaya du mieux qu’il put, à expliquer aux enfants que Jasmin était un grand poète d’ici et qu’il n’écrivait pas en français. L’inspecteur départemental de l’Education nationale se réjouit que cette célébration apporte la culture à l ‘école. Guy Fregefond du Cercle occitan, maître de cérémonie, à l’enthousiasme communicatif, expliqua le déroulé de l’événement.

Montés sur scène et très intimidés devant leurs camarades spectateurs, les élèves participants s’acquittèrent de leur tâche à tour de rôle, se passant le micro et furent chaleureusement applaudis par l’assistance attentive. La langue du poète, l’occitan, notre langue, ne fut pas oubliée puisque Gèli Grande, au nom d’Agenés Tèrra occitana récita une version bilingue du morceau de Mos Sovenirs où le jeune Jasmin raconte comment, jouant avec ses camarades au Gravier, il aperçut son grand-père chéri conduit à l’hôpital car c’est là lui dit ce dernier que les Jasmin meurent. C’est ainsi qu’il prit conscience de la pauvreté des siens.

Guy Fregefond invita ensuite son jeune auditoire à observer les habits exposés et portés à l’époque de Jasmin, les extraits de ses poésies ainsi que son portrait.

La cérémonie prit un tour plus solennel avec le dévoilement de la plaque en l’honneur du poète sur une borne dans la cour de l’école. Plus symboliquement encore, les enfants avec l’aide des employés municipaux aidèrent à planter un chêne vert, symbole de vie et de perpétuation de la mémoire de Jasmin. C’était touchant de voir les enfants, tour à tour, manier une pelle énorme pour eux et verser un peu de terre pour combler le trou dans lequel se trouvait le jeune arbre.

C’était maintenant le moment de laisser la place à la musique et à la danse, plus précisément une farandole endiablée et le saut du lapin, ce qui provoqua quelques chutes sans gravité.

Mais lorsque Guy Fregefond annonça qu’il était temps de prendre un rafraîchissement, vous auriez du voir la cohue enthousiaste. Après l’effort, le réconfort.

Après avoir remercié le maire et la directrice de l’école pour leur accueil chaleureux, nous avons repris la route d’Agen, satisfaits mais bien conscients de l’immensité de nôtre tâche. Il y a quelques semaines, les enseignantes de l’Ecole Jasmin ignoraient à peu près tout de Jasmin et de l’occitan mais nous avons semé des graines qui, un jour, porteront leurs fruits.

Les festivités pour Jasmin ne vont pas s’arrêter à la fin de cette année. Quelque chose se trame à Paris où  se trouve une station de métro Jasmin et un square Jasmin. L’an que ven, rendètz-vos a París. Une fois n’est pas coutume.

JP Hilaire

texte en occitan

Retour à l’école pour Jasmin  à Sainte Livrade
Retour à l’école pour Jasmin  à Sainte Livrade

Retour à l’école pour Jasmin à Sainte Livrade

Commenter cet article