Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

jasmin-agen.over-blog.com

jasmin-agen.over-blog.com

Jacques Boé ou Jasmin en occitan. 2014 sera l’occasion de fêter à Agen le 150ème anniversaire de sa disparition.


Agen, sur les traces de Jasmin / Dins las pesadas de Jansemin

Publié par occitan sur 3 Avril 2016, 22:40pm

Catégories : #Agen, #Jenseminada

Dins las pesadas de Jansemin/Sur les traces de Jasmin

Plaça de la comuna/Place de la mairie

Del temps de Jansemin èra la Plaça reiala. L’ancian teatre apelat Moncorny èra arrucat a la comuna, uèi Teatre Ducourneau.

Du temps de Jasmin, c’était la Place royale. L’ancien théâtre appelé Moncorny était adossé à la mairie, aujourd’hui le théâtre Ducourneau.

1837 - Discors de Silvan Dumon, un agenés que deviá venir ministre de las Òbras 1837 - Publicas Discours de Sylvain Dumon, un agenais qui devait devenir ministre des Travaux Publics

« Poète populaire, vous chantez l’avenir sur la langue du passé. Cette langue vous parlez si bien, vous la rajeunissez, vous la créez peut-être ; et cependant ne sentez-vous pas que la langue nationale, cet instrument puissant d’une civilisation nouvelle, l’assiège, l’envahit de toutes parts comme la dernière forteresse d’une civilisation vieillie ? »

Responsa de Jansemin que faguèta la Societat d’Agricultura, de las Letras e Artsque d’aquel temps èra carrièra Ledru Rollin.

Réponse que fit Jasmin à la Société d’Agriculture, des Lettres et des Arts qui, à cette époque, était rue Ledru Rollin.

« De sabents Francimands / Des savants français

La condamnan a mòrt desempuèi tres cent ans / La condamnent à mort depuis trois cents ans

Tanplan viu ça que la ; tanplan sos mots bronzinan / Et pourtant elle vit ; pourtant ses mots résonnent

Chez ela las sasons passan, sònan, tindinan / Chez elle les saisons passent, sonnent, tintent

E cent mila milèrs enquèra passaràn / Et cent mille milliers passeront

Sonaràn e tindiniràn…… Sonneront et tinteront……

Aquo’s la lenga del trabalh / C‘est la langue du travail

A la vila ; per la campanha / A la ville, à la campagne

Òm la tròba dins cada ostal / On la trouve dans chaque maison

I esposa l’òme al brèç, jusqu’al clòt l’acompanha / Elle y épouse l’homme au berceau, elle l’accompagne jusqu’à la tombe

Ara per jo, Monsur Dumon / Alors pour moi, Monsieur Dumon

La pichona patria es bièn avant la granda / La petite patrie est bien avant la grande Lo puble, fidèl a sa mair / Le peuple fidèle à sa mère

Sarà Gascon totjorn e Francimand, jamai. / Sera Gascon toujours et Français, jamais »

Recital de Liszt/ Récital de Liszt

Lo 20 de setembre de 1844, lo famós pianista ongrés, Franz Liszt, invitat per Jansemin dona un recital de doas oras al teatre d’Agen. Liszt rend omenatge a Jansemin e improvisa a partir de sa cantilèna « Farivòla pastora » tirada del poèma Françoneta. Lo barde qu’èra dins la sala se quilha, li respond e li geta sas coronas.

Le 20 septembre 1844, le célèbre pianiste hongrois, Franz Liszt, invité par Jasmin, donne un récital de deux heures au théâtre d’Agen. Liszt rend hommage à Jasmin et improvise à partir de sa cantilène “Farivòla pastora” tirée du poème “Françouneto”. Le barde qui était dans la salle, se lève, lui répond et lui jette ses couronnes.

Omenatge a Liszt / Hommage à Liszt

Òme de fuèc, òme de brasa / Homme de feu, homme de braise

Mèstre dont la musica enarta, brèça, escrasa / Maître dont la musique élève, berce, écrase

Devath quin sorelh sès nascut? / Sous quel soleil es-tu né ?

Per que tant joine agès poscut / Pour que si jeune tu aies pu

Damb tos dits sens fèr que trucan / Avec tes doigts sans fer qui frappent

Bolegar tot un monde, e getar dins los còs / Remuer tout un monde et jeter dans les corps

Las fièbres del cèl que t’alucan / Les fièvres du ciel qui t’excitent

Per far rire e plorar quand vòls / Pour faire rire ou pleurer quand tu veux

Per jo, cantaire de las pradas / Pour moi chanteur des prairies

Aviái trobat anfin, dedins nòstras contradas / J’avais trouvé enfin dans nos contrées Dias coronas, las cresiái mias / Deux couronnes, je les croyais miennes

O mei t’ai entendut tantòst / Oh mais je t’ai entendu tantôt

Senti que mon país non me las a balhadas / Je sens que mon pays ne me les a données

Que per te coronar dus còps quand passaiás  / Que pour te couronner deux fois quand tu passerais

Pichon seminari/Petit séminaire

Caire de la carrièra Montesquieu, ancianament carrièra Pòrta nòva, e de la carrièra Ledru Rollin, ancianament carrièra Sant Francés, la cort èra a l’emplaçament del stadium uèi.

À l’angle de la rue Montesquieu, anciennement Porte neuve et de la rue Ledru Rollin, anciennement rue St François, la cour se trouvait à l’empacement du stadium aujourd’hui.

Jansemin i va gràcias a la caritat d’un cosin, lo prèire Miraben e n’es caçat pietadosament.

Jasmin y va grâce à la charité d’un cousin, le prêtre Miraben et en est chassé piteusement.

I passèt 6 meses e demest un cinquantenat d’escolans aprenguèt a legir, a escriure, e venguèt acolit.

Il y passa 6 mois et au milieu d’une cinquantaine d’élèves, il apprit à lire, à écrire et devint acolyte.

I aviá pas encara l’escòla laïca gratuïta e obligatòria. L’escòla del Monsurs èra pas pels paures.

Il n’y avait pas encore l’école laïque gratuite et obligatoire. L’école des bourgeois n’était pas pour les pauvres.

La jove e polida sirventa Catonet montava l’escala e Jansemin capvirat per la beutat de sas cambas sospirèt tant fòrt que lo cap de la dròlla li virèt e tombèt sus jansemin. La jeune et jolie servante Catounet montait l’échelle et Jasmin ébloui par la beauté de ses jambes soupira si fort que la jeune fille fut prise de vertige et tomba sur Jasmin. Lo principal puniguèt Jansemin e l’embarrèt dins una cramba escura.

Le principal punit Jasmin et l’enferma dans une pièce obscure.

Lo fumet de l’asta l’embauma que preparan Carnaval e a lo ventre darrièr l’esquina. Le fumet de la broche l’embaume car on prépare Carnaval et il a l’estomac dans les talons.

Se maina de la preséncia d’un placard gris, empila las cadièras, monta e, miracle, i tròba quatre pòts de codonhat.

Il remarque la présence d’un placard gris, il empile les chaises, il monte et, miracle, y trouve 4 pots de gelée de coing.

Mas vaquí qu’òm sargalha a la pòrta e lo principal descobrís lo laironici. Jansemin es caçat a de bon.

Mais voilà qu’on remue la clé dans la serrure et le principal découvre le larcin. Jasmin est chassé pour de bon.

A l’emplaçament del Centre cultural se trobava la Societat d’Agricultura, de las letras e de las Arts que Jansemin n’èra membre dempuèi 1833. Es aquí que respondèt a Silvan Dumon.

À l’emplacement du Centre culturel, se trouvait la Société d’Agriculture, des Lettres et des Arts dont Jasmin était membre depuis 1833. C’est là qu’il répondit à Sylvain Dumon.

Carrièra del mercat del blat / Rue du marché au blé / Carrièra Pontarica/ Rue Pontarique

Es aquí ont èra la lòtja maçonica que Jansemin n’èra membre. Sa fe catolica èra pas un empach. D’aquel temps, lo Grand Orient de França qu’èra la sola lòtja, trabalhava a la glòria del Grand Arquitècte de l’Univèrs, invocava Dieu e cresiá a l’immortalitat de l’anma, çò que explica la participacion nombrosa de preires a la Franc Maçonariá. Un canonge de la Catedrala d’Agen èra Venerable de la primièra Lòtja d’Agen. Abandonèron aquel principi en 1877 per que cresents e mescresents pòscan trabalhar amassa. Lo temple se trobava dins l’encencha d’un ancian convent de femnas e èra la proprietat d’un maçon.

C’est là que se trouvait la loge maçonnique dont Jasmin était membre. Sa foi catholique n’était pas un obstacle. A cette époque, le Grand Orient de France qui était la seule loge, travaillait à la gloire du Grand Architecte de l’Univers, invoquait Dieu et croyait à l’immortalité de l’âme, ce qui explique la participation nombreuse de prêtres à la Franc Maçonnerie. Un chanoine de la Cathédrale d’Agen était Vénérable de la première Loge d’Agen. On abandonna ce príncipe en 1877 pour que croyants et incroyants puissent travailler ensemble. Le temple se trouvait dans l’enceinte d’un ancien couvent de femmes et était la propriété d’un maçon.

Caire de la Carrèra Lamorós e de la Carrèra Palissí /Angle de la rue Lamouroux et de la rue Palissy

Faguèt son apprendissatge de perruquèr dins lo salon de cofadura del Sénher Theubet, ancian soldat de l’emperaire Napoleon. Demòrava dins una mansarda ont, la nuèit tombada, escriviá de poësia.

Il fit son apprentissage de coiffeur dans le salón de coiffure de M. Theubet, ancien soldat de l’empereur Napoléon. Il habitait une mansarde où, la nuit tombée, il écrivait des poèmes.

"Al recoèn de la Prefectura, ancièn palais de l’Avescat / Au détour de la Préfecture, ancien palais de l’Evèché

Dins aquel ostalet en blu de cièl marcat / Dans cette maisonnette en bleu de ciel marquée

Ont los amics de la frisura  / Où les amis de la frisure

Se fan papilhotar lo cap / Se font papilloter la tête

D’ont ven qu’un an apuèi, tot ras de la teulada / D’où vient qu’un an après, au ras de la toiture

Cada nuèit, lo reion d’una lampa alucada / Chaque nuit le rayon d’une lampe allumée Del crambòt de darrèr s’escapa e fai lusir / De la chambrette de derrière s’échappe et fait reluire

Las fuèlhas de l’arbre vesin” / Les feuilles de l’arbre voisin"

Grand seminari / Grand séminaire

Sala granda del Grand seminari (sala de manjar puèi CDI del Licèu de Baudre) lo 27 de novembre de 1856, lo deputat d’Agen, Henri Noubel, ofríguèt a Jansemin al nom de la vila d’Agen la « corona del brèç », una corona d’aur per laquala 4000 personas avián soscrit, dins una ceremonia esmoventa en preséncia d’un fum de monde (1200 personas).

Grande salle du Grand Séminaire (salle à manger puis CDI du Lycée de Baudre) le 27 novembre 1856, le député d’Agen, Henri Noubel, offrit à Jasmin au nom de la ville d’Agen la “couronne du berceau”, une couronne d’or pour laquelle 4000 personnes avaient souscrit, dans une cérémonie émouvante en présence d’une foule de 1200 personnes.

Remesa de la corona pel deputat d’Agen, Henri Noubel / Remise de la couronne par le député d’Agen, Henri Noubel

"Je viens au nom de la population agenaise, vous offrir un gage d’admiration et de profonde sympathie. Recevez cette couronne ; elle vous est donnée par une main amie, au nom de cette ville d’Agen que vos chants ont charmée, qui jouit de vos succès présents, et s’enorgueillit, par avance, de la gloire que votre génie fera rayonner sur elle dans l’avenir."

La corona del brèç / La couronne du berceau

Jo canti coma un pinsan / Moi je chante comme un pinson

A l’ombra d’un biule o d’un fraisse / À l’ombre d’un peuplier ou d’un frêne

Tròp urós de venir pièl blanc / Trop heureux que mes cheveux blanchissent

Dins lo país que m’a vist nàisse / Dans le pays qui m’a vu naitre

Vila d’Agen, ton amor me resquita / Ville d’Agen, ton amour rejaillit sur moi

Tu que te fas polida cada jorn / Toi qui te fais belle tous les jours

A n’en venir la pèrla del miègjorn / À en devenir la perle du midi

Mercía ! Anuèit que joinessa me quita / Merci ! Aujourd’hui que la jeunesse m’abandonne

Me fas trobar pel sera de ma vita / Tu me fais trouver au soir de ma vie

Sorelh de mèl e camin de velors ! / Soleil de miel et chemin de velours !

T’aimavi ben dins ta bèla Garòna / Je t’aimais bien dans ta belle Garonne

E lo Gravèr que te servís de tròna / Et le Gravier qui te sert de trône

Quina corona d’òr! Val presque la d’un Rei / Quelle couronne d’or! Elle vaut presque celle d’un roi

Regaita la, Bordèu, regaita la Tolosa / Convoite la, Bordeaux, convoite la Toulouse Regaita la París ! Ara l’ai sur mon cap / Convoite la Paris ! Maintenant je l’ai sur la tête

Mon bonur lo vesètz : dins las vilas ont corri / Mon bonheur vous le voyez : dans les villes où je cours

Risiái pertot … Mais aciu… plori / Je riais partout … Mais ici … je pleure

Lo Gravèr / Le Gravier

Ont vegèt son papet portat a l’Ospici per i morir / Où il vit son grand père porté à l’hospice pour y mourir

« Èra un diluns, mos dètz ans s’acabàvan / C’était un lundi, mes dix ans s’achevaient Fasiam als jòcs, èri Rèi, m’entronàvan / nous faisions des jeux, j’étais roi, ils me mettaient sur le trône

Mès tot d’un còp, qui ven me desturbar ?/ Mais tout d’un coup, qui vient me troubler ?

Un vièlh setut sus un fautulh d’aubar / Un vieillard assis sur un fauteuil d’osier

Que sus dus pals dos carretèrs portaban / Que deux charretiers portaient sur deux piquets

Lo vièlh s’apròcha ; enquèra, enquèra mai / Le vieillard s’approche ; encore, encore plus

Diu ! Qu’ai jo vist ! Qu’ai jo vist ! Mon grandpair / Mon Dieu ! Qu’ai-je vu ! Qu’ai-je vu ! Mon grand-père

Mon vièlh grandpair que ma familha entora / Mon vieux grand-père que ma famille entoure…

Pel prumèr còp en m’embraçant el plora ! / Pour la première fois en m’embrassant il pleure !

Ont vas pairin ? Mon filh a l’espital / Où vas-tu grand-père ? Mon fils à l’hôpital

Aquò’s aquí que los Jansemins mòron…”/ C’est là que les Jasmin meurent..."

La botigòla / La boutique

Salon de cofadura de Jansemin o la botigòla ont los Jansemins vivon e ont s’escambian las petòfias.

Jansemin en trabalhant declama sos vèrses e canta. Se podiá legir dessús la pòrta : « l’art abelís la natura » e « Jansemin perruquièr dels joves »

Salon de coiffure de Jasmin ou la boutique où les Jasmin vivent et où s’échangent les cancans. Jasmin en travaillant déclame ses vers et chante. On pouvait lire au dessus de la porte :"l’art embellit la nature" et “Jasmin coiffeur des jeunes gens”

Ostalariá Sant Joan / Auberge St Jean

Uèi collègi Jansemin ont davalèt son amic Charles Nodier Charles Nodier èra un escrivan, romancièr e academician, un dels autors mai prolifics de lenga francesa. Jansemin e Nodier s’encontrèron dus còps a Agen en 1832 e en 1842. Nodier faguèt pareisser un article famós dins Le Temps del 10 d’octòbre de 1835 ont fasiá l’elògi del primièr tòme de Las Papilhòtas.

Aujourd’hui collège Jasmin où descendit son ami Charles Nodier. Charles Nodier était un écrivain, romancier et académicien, un des auteurs les plus prolifiques de langue française. Jasmin et Nodier se rencontrèrent deux fois à Agen en 1832 et en 1842. Nodier fit paraître un article célèbre dans Le Temps du 10 octobre 1835 où il faisait l’éloge du premier tome des Papillotes.

« La France possède donc aujourd’hui un de ces poètes incomparables dont le génie jette un éclat immortel sur leur pays. Et c’est un coiffeur d’Agen qui sera doublement grand aux yeux de la postérité, s’il continue à cultiver son talent sans mépriser son métier. »

Per lo remerciar, Jansemin li dediquèt un poèma ont proclamava que Nodier èra estat lo prumièr a lo reconeisser / Pour le remercier, Jasmin lui dédia un poème où il proclamait que Nodier avait été le premier à le reconnaître :

« Un se virèt portant, mès non pas en colèra / Quelqu’un se tourna pourtant, mais pas en colère

Al contrari vantèt ma lenga noiricièra / Au contraire il vanta ma langue nourricière

La fasquèt reconeisser e quand l’aguèt prèp d’el / Il la fit reconnaître et quand il l’eut près de lui

Cambièt son estèla en sorelh ! » / il changea son étoile en soleil ! »

Estatua de Jansemin / Statue de Jasmin

Foguèt inaugurada en 1870. Frederic Mistral venguèt especialament per l’escasença de sa Provença e recitèt una òda qu’aviá compausada en l’onor de Jansemin.

Elle fut inaugurée en 1870. Frédéric Mistral vint spécialement pour l’occasion de sa Provence et récita une ode qu’il avait composée en l’honneur de Jasmin.

Òda de Mistral, 12 de mai de 1870 / Ode de Mistral, 12 mai 1870

Per la nacion e per li fraires / Pour la nation et pour les frères

Que restan a l’ostau e que menan l’araire / Qui restent à la maison et mènent la charrue

E parlan volontós la lenga dau terraire / Et parlent volontiers la langue du terroir

Es un trionfle aqueste jorn / C’est un triomphe ce jour

Vaquí perque ieu de Provènça / Voilà pourquoi moi de Provence

Vène di Provençaus pagar la redevença / Je viens des Provençaux payer le tribut

Au grand trobaire dau Miègjorn / Au grand troubadour du Midi

Ara entre si dos mars, la lenga d’òc fai flòri / Maintenant entre ses deux mers, la langue d’oc est à la mode

O Jaussemin, nos as venjat / Ô Jasmin, tu nous as vengés

Carrièra dels carretièrs / Rue des Charretiers

Es aquí l’ostal de naissença de Jansemin dins un barri ont viviá la paurilha.

C’est là la maison natale de Jasmin dans un quartier où vivaient les pauvres.

« Vièlh e cruishit, l’autre siècle n’aviá / Vieux et cassé, l’autre siècle n’avait

Qu’un parelh d’ans a passar sus la tèrra / Qu’une paire d’années à passer sur la terre Quand al recoèn d’una vièlha carrèra / Quand au coin d’une vieille rue

Dins un ostal ont mai d’un rat viviá / Dans une maison où plus d’un rat vivait

Lo dijaus gras darrèr la pòrta / Le jeudi gras derrière la porte

A l’ora ont fan sautar los pescajons / À l’heure où on fait sauter les crépes

D’un pair boçut, d’una mair tòrta / D’un père bossur, d’une mère boiteuse

Nasquèt un dròlle, aquel dròlle aquò’s jo” / Est né un garçon, ce garçon c’est moi”

La vinha de la comba de Verona / La vigne du Vallon de Vérone

O ma joina vinha / Oh ma jeune vigne

Lo sorelh te guinha / Te fait un clin d’oeil

Pòrta-me de tot / Porte-moi de tout

Tanben quand plevinha / Aussi quand il bruine

N’en pèrdes nat glot / N’en perds aucune goutte

Mon fuèt s’amatiga / Mon feu s’éteint

Ma Musa fatiga / Ma muse se fatigue

Mos amics doman / Mes amis demain

Poirián m’escapar / Pourraient m’échapper

Mais tu, joina amiga / Mais toi, jeune amie

Vinha al frut gostós / Vigne au fruit savoureux

Dambé ta flor-figa / Avec ta fleur-figue

E tos durançons / Et tes durançons

Estaca-me los ! / Attache-les moi !

Recòlta abondosa / Récolte abondante

Atal me valdràs / Ainsi tu me vaudras

Per l’ama amistosa / Pour l’âme amie

Recòlta val pas / Récolte ne vaut pas

Sarrament de mans / Serrement de mains

Glèisa Sent Ilari, mes quina ? / Église St Hilaire, mais laquelle ?

Aquí, sèm dabans la glèisa mai vielha de la vila. Es en partida del sègle 11 e a l’origina èra fòra las muralhas e una de las pòrtas de la ciutat, la pòrta Sent Jòrdi.

Nous sommes ici devant l’église la plus ancienne de la ville. Elle est en partie du 11e siècle et à l’origine se trouvait hors des remparts et d’une des portes de la cité, la porte St George.

La partida mai servada es lo cloquièr. La pòrta coma la del Gravèr e la pòrta nòva foguèt deroïda en 1796.

La partie la mieux conservée est le clocher. La porte comme celle du Gravier et la porte neuve fut détruite en 1796.

Al meteis temps, las doas glèisas, la vièlha glèisa parroquiala de Sent Ilari e la glèisa conventuala dels Cordelièrs (Franciscans) foguèron desafectadas.

En même temps, les deux églises, la vieille église paroissiale de Saint Hilaire et le couvent des Cordeliers (Franciscains) se trouvèrent désaffectées.

Quand lo culte foguèt restablit, la glèisa vièlha venguèt lo centre de la parròquia. Aquela del convent demorèt desocupada.

Quand le culte fut rétabli, la vieille église devint le centre de la paroisse. Celle du couvent resta inoccupée.

La glèisa vièlha èra pas en bon estat e los parroquians faguèron una peticion per far transferir lo servici dins la capèla del convent, uèi la glèisa Sent Ilari. Aquel transferiment se faguèt en 1826.

La vieille église n’était pas en bon état et les paroissiens firent une pétition pour faire transfèrer le service dans la chapelle du couvent, aujourd’hui l’église Saint Hilaire. Ce transfert eut lieu en 1826.

Fa que es mai que probable que Jansemin, en 1818, se maridèt dins la glèisa vièlha e non pas dins la novèla qu’es utilizada uèi.

Il est donc plus que probable que Jasmin, en 1818, se maria dans la vieille église et pas dans la nouvelle qui est utilisée aujourd’hui.

I esposèt Anna-Maria Barrère, escaissada Manhonet, diminutiu de Marion. Era una amiga d’enfança. Jansemin l’amusava de sas campissadas de joinessa. Era lo 16 de mai. Jansemin veniá d’acabar son aprendissatge de perruquièr. Aviá 20 ans e ela veniá de far los 18 ans. Los testimònis èran perruquièrs coma el o sartres coma son pai.

Il y épousa Anne-Marie Barrèrer, surnommée Magnounet, diminutif de Marion. C’était une amie d’enfance. Jasmin l’amusait de de ses espiègleries de jeunesse. C’était le 16 mai. Jasmin venait de terminer son apprentissage de coiffeur. Il avait 20 ans et elle venait d’avoir 18 ans. Les témoins étaient des coiffeurs comme lui ou des tailleurs comme son père.

Qué ne ditz Jansemin ? Pas grand causa / Qu’en dit Jasmin ? Pas grand chose :

“Si je ne craignais pas de paraître trop long, je vous ferais le tableau de mon beau jour nuptial. Je vous dirais, longuement peut-être, mon chapeau reteint, mon frac bleu retourné, ma chemise de grosse toile avec devant de calicot. Pourtant parrain et marraine étaient venus à la noce. Vous verriez au moins d’après cela que la bourse ne répond pas toujours au coeur”

Lo pertrait que Jansemin fa de Françoneta es en fait lo de Manhonet / Le portrait que Jasmin fait de Françouneto est en fait celui de Magnounet

A dus uèlhs vius coma de lugrets / Elle a deux yeux vifs comme des éclairs

Sembla que l’òm prendriá las ròsas a manadas / Il semble que l’on prendrait les roses par poignées

Sus sas gautas rapotinadas / Sur ses joues rebondies

Sos pièls son bruns, rebilhonats / Ses cheveux sont bruns, bouclés

Sa boca sembla una cireja / Sa bouche ressemble à une cerise

Manhonet èra analfabeta (l’acte de maridatge ne fa fe), mas èra pas pantaissaira coma son òme e a la debuta pensava que perdiá son temps e son argent a escriure de vèrses. Lo considerava a l’encòp coma un dròlle e un gèni.

Magnounet était analphabète (l’acte de mariage en fait foi), mais elle n’était pas rêveuse comme son mari et au début elle pensait qu’il perdait son temps et son argent à écrire des vers. Elle le considérait à la fois comme un enfant et un génie.

Jean-Pierre Hilaire

Jansemin perruquièr dels joves.

Jansemin perruquièr dels joves.

Commenter cet article