Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

jasmin-agen.over-blog.com

jasmin-agen.over-blog.com

Jacques Boé ou Jasmin en occitan. 2014 sera l’occasion de fêter à Agen le 150ème anniversaire de sa disparition.


Quinzaine occitane de Lot-et-Garonne : la langue de Jasmin à l'honneur

Publié par occitan sur 12 Avril 2016, 17:49pm

Catégories : #Jasmin, #Jenseminada, #Agen

Quinzaine occitane de Lot-et-Garonne : les randos occitanes du samedi 9 avril à Pujols et du dimanche 10 avril à Agen.

Chaque année depuis 7 ans, l’association « Agenés Tèrra Occitana », dont je suis le secrétaire, propose aux Agenais deux randonnées bilingues dans le cadre de la Quinzaine occitane, une à la campagne et une à Agen. Cette année, elles étaient patronnées par la ville d’Agen et les « Randonneurs de l’Agenais »

Pour le samedi, nous avions choisi de partir de Pujols, à deux pas de Villeneuve, pour une randonnée de 7, 5 kms. Bien que je fasse partie des animateurs des « Randonneurs de l’Agenais, nous ne contentons pas de marcher. Avec mon ami Jean-Luc Granet, producteur de fruits de Madaillan, une figure connue du marché du Pin, nous avons coutume de faire de nombreuses haltes pendant la randonnée pour analyser et faire découvrir aux randonneurs, en occitan et en français, le paysage et son évolution, l’architecture, la toponymie, la population qui a changé dans l’histoire en raison de la grande Guerre, des vagues d’immigration qui ont suivi. Nous mettons en évidence les signes du changement climatique. Nous voulions parler de l’eau (c’était le thème de la Quinzaine cette année) avec le Lot et la Masse que nous devions traverser dans la vallée du Mailh.

Ce samedi matin très froid, nous aurions, c’est sûr, préféré un soleil généreux même si, depuis le plateau de Pujols, nous avions une vue magnifique de Villeneuve et de la vallée du Lot. Une pluie fine n’a pas quitté les 23 randonneurs que nous étions de toute la randonnée, le tout agrémenté de pentes plutôt raides et de passages très boueux. Pas de quoi perturber les participants qui étaient contents de ne pas randonner idiots. De chutes, il n’y eut point heureusement.

La récompense était le déjeuner au restaurant italo-sarde de Pujols, Villa Smeralda, qui nous régala d’un succulent « osso bucco » arrosé de bon vin italien. La bonne humeur aidant, nous avons chanté des chants occitans dont l’incontournable « Se canta » avec tant d’entrain que nous en fumes félicités par le patron. La visite guidée de Pujols par une charmante guide de l’Office du tourisme nous donna un bon aperçu de l’histoire très troublée de Pujols sous une pluie qui avait tendance à devenir battante. Heureusement les locaux de l’Office du tourisme nous offrirent un abri temporaire et nous permirent d’admirer la remarquable maquette du Pujols médiéval. Nous étions tous enchantés de cette journée.

Le dimanche 10 avril, nous avions mis au point une randonnée urbaine, naturellement sur le thème de l’eau et plus précisément de la Garonne et de son affluent la Masse. Devant un groupe de 60 personnes et en compagnie de Jean-Marie Catrou, historien bien connu, j’ai raconté l’histoire du Gravier, à l’origine une île séparée de la ville par le Descayrat, un bras de la Garonne. Sous un beau soleil, nous nous sommes rendus ensuite à la passerelle où j’ai donné la parole à Christiane Catrou, présidente de l’association. J’ai évoqué, toujours en occitan, le passage de milliers de bateaux tous les ans sur la Garonne, les bateaux à vapeur du 19e siècle. J’ai rappelé que notre cher Jasmin en avait emprunté un pour aller à Bordeaux puis à Paris. J’ai souligné que toute l’activité économique d’Agen était orientée vers le fleuve devenu aujourd’hui désert.

Nous avons traversé Garonne pour voir une maison éclusière au Passage d’Agen. Jean-Marie Catrou nous a parlé longuement du fleuve et des inondations, notamment celle de 1875 dont on peut voir la marque sur la maison. Nous ne pouvions pas manquer de visiter le cimetière de Monbusc pour admirer 2 ou 3 tombes remarquables de maitres de bateau et de charpentiers de marine, les mariniers devant se contenter de la fosse commune. Sous les premières gouttes de l’orage, nous avons atteint le joyau de la « perle du Midi », le pont canal. C’était l’occasion d’en expliquer la genèse ainsi que celle du canal latéral à la Garonne dont l’activité de transport de marchandises devint caduque avec l’arrivée du premier train à Agen le 28 mai 1856. Du pont, nous pouvions voir la Masse sortant de son parcours souterrain en centre ville. Son eau était utilisée par la minoterie de Barsalou, le moulin de St Caprais et les tanneries. Sur le présentoir que j’avais amené avec des reproductions agrandies de photos ou cartes postales d’époque, on voit même des femmes faire la lessive dans le lavoir de la place du Pin. L’abandon de toutes ces activités dans les années 1950 avait fait de la Masse un cloaque pestilentiel infesté de moustiques. C’est la raison pour laquelle, elle fut recouverte et coule de façon souterraine. C’était la fin de la rando. Il ne nous restait plus qu’à rejoindre la salle des illustres où nous attendait Mme Castaing, élue pour une réception amicale. Après quelques mots chaleureux de bienvenue, il m’incomba en tant que chargé de la langue et de la culture occitanes à la mairie d’Agen de souhaiter dans la langue de Jasmin la bienvenue à la mairie aux participants et de les inviter à partager le verre de l’amitié. À noter que tous les jus de fruit servis étaient produits dans le Lot-et-Garonne. A l’an que ven ! À l’année prochaine !

Jean-Pierre Hilaire, Agenés Tèrra Occitana

Pour la version du texte en occitan, voir sur Jornalet

...depuis le plateau de Pujols, nous avions une vue magnifique de Villeneuve et de la vallée du Lot.

...depuis le plateau de Pujols, nous avions une vue magnifique de Villeneuve et de la vallée du Lot.

...randonnée urbaine,  sur le thème de l’eau à Agen.

...randonnée urbaine, sur le thème de l’eau à Agen.

Commenter cet article